82ème Congrès de l’Acfas : “La recherche : zone de convergence et de créativité”

Le 82ème Congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) s’est déroulé du 12 au 16 dans l’enceinte de l’université Concordia. Plus de 5000 chercheurs présents dont plus de 300 français se sont retrouvés pour exposer leurs recherches avec en toile de fond la thématique « La recherche : zone de convergence et de créativité ».

JPEG

Une fois encore, le plus grand congrès francophone au monde a tenu toutes ses promesses et a parfaitement illustré le thème de l’année 2014 en rassemblant des milliers de scientifiques et en faisant converger disciplines, idées, innovations et collaborations. La diversité est ainsi le maître mot de ce Congrès qui permet d’assister le matin à un colloque de philosophie et l’après-midi à une présentation sur les nanomatériaux. Avec plus de 5 000 chercheurs présents et 170 colloques organisés, cette 82ème est une belle réussite. L’université Concordia, établissement anglophone, accueillait pour la première fois le congrès. «  Accueillir le congrès de l’ACFAS témoigne de notre implication dans la communauté québécoise. Nous voulons être de plus en plus présents dans le milieu québécois de la recherche, de la créativité et de la science et, pour nous, le congrès de l’ACFAS a été une belle occasion de faire valoir tout cela ! », témoigne Graham Carr, vice-président à la recherche et aux études supérieur de Concordia, dans le quotidien Le Devoir.

Et comme le souligne l’organisateur du Congrès pour Concordia, le grand public n’est pas en reste : «  l’une des beautés d’un congrès de l’ACFAS, c’est qu’il y a quelque chose d’intéressant pour tout le monde  ». De nombreuses activités de culture scientifique ont été en effet organisées tout au long de la semaine : exposition de photographies scientifiques, atelier sur les jeux vidéo, balade écologique ou encore enregistrement de l’émission de vulgarisation scientifique « Les années lumière » diffusée chaque dimanche midi sur Radio-Canada.

L’évènement de ce 82ème Congrès, c’est également la finale québécoise du concours « Ma thèse en 180 secondes ». Selon un concept emprunté à l’Australie, les doctorants ont trois minutes et pas une seconde de plus pour résumer leur sujet de thèse et faire partager leur passion pour leurs recherches. Exercice auquel se sont brillamment prêtés les 15 finalistes provenant des universités et écoles québécoises dans une ambiance rendue plutôt festive par l’animateur de la soirée, Martin Carli de l’émission Génial ! diffusée sur TéléQuébec . En illustrant avec une pointe d’humour ses travaux sur l’élaboration d’un sphincter intelligent, Sami Hacheb, de l’école Polytechnique de Montréal, a su séduire aussi bien le public que le jury et remporte ainsi les deux prix en jeu ! Louise Hénault-Ethier (UQAM) et Renaud Manuguerra-Gagné (UdeM) se joindront à lui au mois de septembre pour la première finale internationale. Les trois candidats français qui viendront défendre leur thèse au Québec à l’occasion des Journées de la Relève de l’ACFAS seront sélectionnés le 10 juin prochain à Lyon.

Une semaine particulièrement riche donc, qu’une équipe d’étudiants en journalisme a partagé via « Découvrir », le magazine de l’ACFAS. Ils ont pour cela profité des conseils avisés de Pierre Barthélémy, journaliste scientifique et auteur du blog Passeur de science, et de Marion Montaigne, bédéiste et auteure du blog Tu mourras moins bête. Ces deux invités spéciaux ont également fait partager leur expérience québécoise au travers de leurs articles et dessins humoristiques. Vous pourrez ainsi tout savoir sur les plumes de dinosaures ou sur l’irruption du surnaturel dans Tintin au Tibet.

Vous pouvez retrouver les articles de Pierre Barthélémy sur son blog Passeur de science ou en suivant les liens ci-dessous :
Plaidoyer pour le journalisme scientifique
Quand Hergé se faisait le chantre du paranormal
Des clowns pour faire passer la science

Les bandes dessinées de Marion Montaigne sont également disponibles sur son blog Tu mourras moins bête et à partir de ces liens :
Lundi, paléontologie
Jeudi, plumologie

Crédit image : Marion Montaigne

publié le 31/05/2014

haut de la page