Cérémonie de remise des Insignes de Commandeur dans l’Ordre National du Mérite à Monsieur Denis Brière, Recteur de l’Université Laval (28 février 2012)

JPEGMesdames,
Messieurs les Présidents,
Directeurs,
vice-recteurs/rectrices, citoyens
Cher Monsieur Brière,
Chers invités,

En vous distinguant pour votre engagement et votre constant esprit de coopération avec les plus grandes universités françaises, le Gouvernement français a souhaité récompenser un homme de passion, soucieux de l’avenir et de l’excellence des universités francophones en Amérique du Nord.

Si j’en crois Montaigne qui écrivait dans ses essais « J’ai vu en mon temps, cent artisans, cent laboureurs, plus sages et plus heureux que des recteurs de l’université », vous seriez un Recteur tourmenté par la mission qu’il veut remplir, alors que vous auriez pu vivre des jours heureux en foresterie.

Vous présidez la plus ancienne université francophone d’Amérique du Nord portant le nom du premier évêque de Québec, monseigneur de Laval, et vous en êtes le 25ème Recteur.

Brillant élève du collège Beauharnois et du Séminaire de Valleyfield, vous étiez aussi un brillant footballeur puisque vous obtenez une bourse d’études de la ligue provinciale de football du Québec en 1967 au titre du meilleur joueur défensif de l’année. Je comprends désormais cette lueur particulière de votre regard lorsque les Rouge et Or dominent le championnat universitaire de football.

En 1972, vous obtenez un diplôme de la faculté de foresterie et de géomatique de l’Université Laval puis en 1979 un doctorat en aménagement du territoire de la faculté de Foresterie de l’université de Colombie Britannique à Vancouver où vous enseignez jusqu’en 1980.

Vous avez su occuper des postes prestigieux dans le secteur privé, dans le domaine de la foresterie qui est le vôtre, tout en gardant des attaches et en valorisant vos expériences dans le domaine universitaire.

Votre carrière vous conduit de la Colombie Britannique à la Baie James au Québec, où vous avez dirigé la société des produits forestiers Kruger, puis le groupe Comact, spécialisé dans la conception et la fabrication d’équipements pour les usines de fabrication du bois.

Nommé en 1994 ingénieur forestier de l’année, récompense que vous recevez une nouvelle fois en 2006 pour votre action en tant que doyen de la Faculté de Foresterie et de Géomatique de l’Université Laval, vous êtes élu en 2007 comme Recteur de l’Université Laval.

L’Université Laval est étroitement associée au développement du Québec. Dès 1867, elle a formé des hommes et des femmes qui ont donné au Québec la force que nous lui connaissons aujourd’hui.

Nous savons que le passage par Laval constitue une expérience exceptionnelle. Il y a, je crois, environ 250.000 diplômés de Laval répartis de par le monde, dans plus de 100 pays. 250.000 diplômés qui restent très attachés à LEUR université et qui sont souvent actifs dans les nombreuses associations d’anciens étudiants.

L’université Laval a des expertises uniques qu’elle développe avec ses partenaires internationaux. Mais c’est avec la France qu’elle entretient des liens privilégiés qui représentent le tiers de ses échanges internationaux, avec 229 ententes en vigueur concernant 50 institutions partenaires réparties sur l’ensemble du territoire français.

Mais c’est surtout avec l’Université de Bordeaux que vous avez noué une alliance stratégique, doté d’un plan commun d’actions prioritaires pour 5 ans (2009-2013).

Des chercheurs de Bordeaux m’ont rapporté que votre engagement dans cette alliance était si fort que vous aviez enlevé votre veste et même remonté les manches de votre chemise, pour mieux vous attaquer aux questions à résoudre lors de l’un de vos passages à Bordeaux.

La création de l’Institut de nutrition Aquitaine-Québec (INAQ), le programme Erasmus Mundus en Neuroscience, les Écoles internationales d’été en pédagogie universitaire et les Rencontres Champlain-Montaigne sont quelques exemples des réalisations Bordeaux-Laval.

Enfin avec "Takuvik", une Unité Mixte Internationale (UMI) de recherche alliant l’Université Laval et le Centre National de la Recherche Scientifique (CRNS - France) depuis le 1er janvier 2011, des accords entre Laval et les structures de recherche française ont pris une nouvelle dimension. Je rappelle que « Takuvik » est dédiée à l’observation en milieu fragile des écosystèmes des régions arctiques, des zones fortement marquées par les changements climatiques.

Si j’ajoute les 2000 étudiants d’institutions partenaires françaises reçus en échange académique, les 1200 étudiants québécois envoyés en échange, les six programmes de maîtrise bidiplômants avec des institutions françaises, les 791 doctorants en cotutelle France-Québec à l’Université Laval en 10 ans et plus de 1 000 étudiants Français en formation dans vos programmes, votre action a été déterminante pour promouvoir l’internationalisation qui est véritablement au cœur de l’activité universitaire de l’Université Laval.

Pour tous ces mérites, pour l’université Laval qui, à travers vous, est honorée, je vous remets aujourd’hui les insignes de Commandeur de l’Ordre national du Mérite.

Hélène Le Gal, Consule générale de France à Québec

publié le 29/02/2012

haut de la page