Cérémonie de remise des insignes d’Officier dans l’ordre des Palmes académiques à Monsieur Louis Edmond Hamelin (18 janvier 2012)

Nous honorons aujourd’hui une personnalité éminente dont le nom est indissociable du concept de Nordicité et qui fonda, il y a cinquante ans, le Centre d’études Nordiques.

Cher monsieur Hamelin,

Voltaire écrivait « il ne faut pas croire que les géographes connaissent ces pays du Nord comme nous connaissons l’Italie, la France et l’Allemagne ; la géographie est encore de tous les arts celui qui a le plus besoin d’être perfectionné ». Et ce n’était pas une référence à ces « arpents de neige » qui firent couler beaucoup d’encre au Québec, mais une invitation à découvrir le Nord, ce que vous fîtes au cours de votre vie.

Votre brillante carrière a débuté avec un baccalauréat latin-grec de l’Université de Montréal, suivi d’une maitrise en économie à l’Université Laval. En 1948, vous venez en France étudier à l’Institut de géographie Alpine de Grenoble et vous y rencontrez votre future épouse. Pendant 5 années, jusqu’en 1951, alors boursier du Gouvernement français, vous préparez votre Doctorat d’Université en géomorphologie, que vous présentez à Grenoble et, cette même année, vous vous y mariez. Depuis longtemps vous exploriez le Nord canadien, en canot ou en hydravion, mais en 1951, vous commencez votre carrière de Professeur à l’Université Laval et devenez le premier directeur de l’Institut de géographie.

Votre connaissance et votre conception propre du Nord Circumpolaire, du Canada et du Québec, vous conduit à rédiger en 1955 un projet, à la demande du recteur Alphonse Antoine Parent, d’un centre pluridisciplinaire consacré au Nord du Québec. Ce fut ainsi que vous devinssiez le fondateur du Centre d’études nordiques en 1961, créé par l’Université Laval et le Ministère des richesses naturelles, dont vous avez assuré la direction jusqu’en 1972. Vous continuez votre enseignement sur les pays froids en traitant du Canada périglaciaire et du monde circumnordique.

En 1975, vous obtenez le Prix du Gouverneur général pour votre ouvrage « Nordicité Canadienne » et vous obtenez à Paris votre doctorat ès lettres pour votre thèse sur « les perspectives géographiques de la Nordicité » menées sous la direction de Pierre Georges.

En 1978, vous vous lancez un nouveau défi en devenant Recteur de l’Université de Trois rivières jusqu’en 1982. Depuis, vous n’avez eu de cesse de mener des recherches, faire partager vos connaissances du monde nordique et des peuples autochtones et vous investir dans le dialogue entre les instances provinciales et fédérales et ces populations attachées à leur territoire.

Vous présidez l’ACFAS de 1979 à 1980, intervenez durant la crise Mohawk de 1990, participez au débat sur l’énergie et multipliez les conférences de par le monde.

En 2006 l’ouvrage « Nordicité Canadienne » est publié dans la collection des Monuments intellectuels québécois du XXème siècle et est considéré comme l’ouvrage le plus important de ces 50 dernières années en sciences sociales.

Vous faites mentir ceux qui, comme l’auteure canadienne Frances Shelley Wees, disait que : « Le Canada est délimité au nord par l’or, à l’ouest par l’orient, à l’est par l’histoire et au sud par des amis ».

Vous avez été, enfin, membre de nombreux Conseils, si nombreux que je ne saurais tous les mentionner mais notamment le Conseil des Cris de la Convention du Nord du Québec et le Council gouvernemental des territoires du Nord Ouest. Et vous êtes enfin correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques de l’Institut de France.

Penseur, écrivain, terminologue (en inventant le mot glaciel- glaces flottantes-), poète, mais aussi figurant, dans un film de Pierre Perrault sur le Moyen Nord du Québec, votre vie a été célébrée par l’attribution de nombreux prix et vous êtes, depuis 1998, grand officier de l’Ordre national du Québec. Votre nom est désormais associé à une chaire de géographie de l’Université Laval et vous avez eu le plaisir de célébrer cette année le cinquantième anniversaire du CEN.

Je m’arrête là.

Pour toutes vos qualités et l’amour que vous portez à la relation franco-québécoise, au nom du Ministre de l’Education Nationale, je vous fais Officier dans l’Ordre des Palmes académiques.

Hélène Le Gal, Consule générale de France à Québec

publié le 20/02/2012

haut de la page