Chères amies, chers amis, chers partenaires de la relation franco-québécoise,

Après 18 mois de séjour parmi vous, je mesure comment la relation directe et privilégiée entre le Québec et la France peut se traduire dans votre quotidien professionnel. En raison de cette proximité, mon pays peut spontanément servir de miroir. Mon souhait est bien qu’il ne soit pas déformant, que la réalité et les faits qui sont invoqués alimentent au mieux votre jugement.

La France demeure un partenaire politique et économique de premier plan pour le Québec. Nos deux gouvernements développent des projets communs, comme l’électrification des transports. Les entreprises françaises investissent et créent des emplois. Mme Pauline Marois a, ces derniers mois, inauguré les projets de Aérolia, Danone, Technicolor ou encore EDF Energies nouvelles. Les coopérations scientifiques, comme celles concernant les maladies neurodégénératives ou les innovations en nanotechnologies entre le CNRS et l’Université de Sherbrooke ; les partenariats artistiques avec 30 grandes institutions culturelles québécoises dans le cadre de la programmation FRIMAS 2014 ; les échanges humains, qui n’ont certainement jamais été aussi intenses : je tiens à me faire l’écho de mes compatriotes qui participent à ce partenariat.

La France est engagée dans des réformes structurelles, parfois douloureuses, mais nécessaires. Comme le Président de la République l’a déclaré le 14 janvier dernier « Il y a eu une crise longue, profonde et sans doute sous-estimée. Et puis, il y a eu une fuite en avant, depuis trop longtemps avec un creusement des déficits (…) Engager une bataille, ouvrir une nouvelle étape : il ne s’agit pas de changer de chemin, il s’agit d’aller plus vite, d’aller plus loin, d’accélérer, d’approfondir ». Je souhaite, dès lors, vous présenter ce mouvement de réformes sans filtre particulier.

Voici donc les raisons qui, si vous le voulez bien, m’amènent à vous adresser sur une base mensuelle cette lettre qui sera inspirée par les enjeux que je viens d’évoquer. J’émets le vœu que son contenu soit suffisamment pertinent pour vous être utile.

Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec

publié le 28/02/2014

haut de la page