« Conduire les opérations d’aujourd’hui en préparant la marine de demain »

Le « groupe d’action militaire de la terre vers la mer », composé du BPC Mistral et de la FLF La Fayette, actuellement pré-positionné en océan Atlantique pour conduire des opérations militaires et des actions de coopération bilatérale fera escale à Québec, du 23 au 28 juin.

Ce déplacement sera l’occasion pour la mission Jeanne d’Arc de remplir quatre missions en une. Une mission opérationnelle, qui consiste en une opération de présence de la marine française dans ses zones d’intérêts, et en un pré-positionnement stratégique dans des zones d’opérations futures potentielles. Une mission de coopération qui consiste en une préparation opérationnelle interarmées et en une interopérabilité avec nos grands alliés. En l’occurrence, les 200 militaires canadiens qui auront participé à l’exercice « Lion’s Mistral », exercice de coopération avec la marine et l’armée de terre canadienne qui se déroule du 20 au 23 juin, débarqueront durant cette escale. A ces deux missions viennent s’ajouter une mission de rayonnement de la nation française à travers sa flotte, et en une mission de formation pour les officiers-élèves encore en formation intégrés au groupe. La mission Jeanne d’Arc représente pour eux une opportunité exceptionnelle de s’immerger dans l’univers de la marine française et d’en découvrir toutes les facettes, tout en étant au cœur de missions passionnantes.

La mission Jeanne d’Arc, composée de deux bâtiments d’exception au sein de la marine nationale Française, a pour ambition de « conduire les opérations d’aujourd’hui en préparant la marine de demain ».

PNG

Le Mistral est le premier BPC de la marine nationale à avoir été mis en service, et il est considéré comme un exemple pour la création d’autres bâtiments de ce type. Polyvalent et à vocation interarmées, le BPC Mistral comprend un porte-hélicoptère d’assaut, un bâtiment amphibie permettant le transport et la projection de troupes, de matériels et de blindés par des engins de débarquement amphibie, une plateforme de commandement et de mise en œuvre de forces spéciales à grande échelle à partir de la mer, un centre de commandement permettant de déployer un état-major interarmées, européen ou international et un hôpital d’une exceptionnelle modernité (deux salles d’opération, une salle de radiologie, un cabinet dentaire, un scanner, 69 lits médicalisés et des installations de télémédecine). Grâce à la sophistication des installations disponibles à bord, le Mistral peut parfaitement assumer son rôle de plateforme de commandement multinationale et démontrer la volonté d’innovation constante de la Marine Nationale. Le Mistral est notamment équipé d’un système de navigation intégré très novateur, le SENIN qui, en plus de faciliter la navigation, permet de renforcer la sécurité nautique. De même, le système de combat du BPC Mistral est l’une des plus récentes évolutions des systèmes de direction de combat en service dans la Marine. Il dispose d’un système de veille multi-senseurs combinant les situations surface et aérienne et d’un système centralisé d’auto-défense rapprochée.

PNG

Le même soin a été apporté à la création du FLF La Fayette. L’importance accordée à la réduction de sa signature radar et acoustique, sa conception modulaire, son degré élevé d’automatisation et sa résistance aux chocs la désignent comme un navire de combat de premier rang. Elle assurera au cours de la mission Jeanne d’Arc une fonction d’escorte tout en étant capable de conduire des missions de connaissance et d’anticipation, de prévention des crises et conflits, de souveraineté des eaux nationales, d’opérations spéciales, et de missions humanitaires.

Le capitaine de vaisseau François-Xavier Polderman présentera son bâtiment à la population canadienne lors d’une escale à Québec, du 23 au 28 juin. Deux journées portes ouvertes les 24 et 25 juin permettront au public de venir découvrir le Mistral.

publié le 20/06/2014

haut de la page