Edito décembre 2013

« It’s the economy… »

JPEGLe récent dévoilement par le consortium Bombardier - Alstom des nouvelles voitures « Azur » du métro de Montréal en présence de Pauline Marois, Première ministre du Québec, nous donne l’occasion de revenir sur ces derniers mois riches en investissements français au Canada et au Québec.

Le partenariat économique en quelques chiffres

La France est le deuxième investisseur étranger au Québec (le cinquième au Canada). En 2011, selon les données les plus récentes de Montréal International, les investissements français ont même terminé en tête dans l’agglomération de Montréal, avec 301 MCAD, soit 45% du total de l’investissement direct.

Avec plus de 400 filiales de sociétés françaises, le Québec accueille la majorité, soit 70%, des sièges sociaux des filiales françaises qui s’implantent au Canada. 13% des filiales d’entreprises étrangères au Québec sont françaises.

Enfin, rappelons qu’elles fournissent un emploi à plus de 30.000 personnes (20.000 emplois directs et 10.000 indirects), soit 11,6% des emplois des filiales étrangères dans la province. Le Grand Montréal rassemble à lui seul 260 sociétés françaises employant 20.000 personnes.

Les milieux d’affaires sont au cœur de la relation entre la France et le Québec

Cette tendance s’est confirmée ces derniers mois si l’on en croit le nombre de projets d’investissement et d’implantation (nouveaux projets et extensions) qui ont fait l’objet d’annonces publiques.

Sans être exhaustifs, nous en avons recensé une dizaine, dans tous les secteurs performants de l’économie québécoise et française : l’aéronautique et l’aérospatial (Aérolia, AHE, Mécachrome, Sogeclair, Safran), l’énergie (EDF Energies Nouvelles), l’industrie pharmaceutique (Servier, Sanofi), l’agroalimentaire (Danone) ou encore les technologies de l’information, de la communication et des nouveaux médias (Ubisoft, Ankama, Linagora, Technicolor).

Le partenariat économique figurait au premier plan du Relevé de décisions de la 17ème rencontre alternée des Premiers ministres de la France et du Québec, en mars dernier. Il sera certainement renforcé par la récente conclusion de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Mais, nous le mesurons bien à travers les quelques exemples que nous venons de citer, ce lien est avant tout tissé et renforcé par les entreprises et les milieux d’affaires.

La vitalité des relations franco-québécoises, objet de l’attention constante des deux gouvernements, repose en grande partie sur les capacités d’initiative et d’innovation des entreprises et des investisseurs de la France et du Québec.

Plus que jamais, c’est tout notre dispositif de coopération au Québec - qu’il s’agisse des opérateurs publics et associatifs au contact immédiat des milieux économiques, des acteurs de la coopération scientifique, universitaire, technologique, ou bien encore de l’action scolaire et culturelle - qui doit contribuer à appuyer, à accompagner, voire parfois à inspirer, les projets et les échanges dans le domaine économique.

Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec / Bruno Clerc, Consul général de France à Montréal

* Nous publions aujourd’hui la photo de Sonia Lerouxel, gagnante du concours mensuel de photographie.

publié le 28/11/2013

haut de la page