Harmonisation des carrières scientifiques internationales

Les responsables des organisations publiques nationales de financement de la recherche venus des quatre coins du monde ont endossé, le 28 mai 2014, un rapport sur la situation du libre accès aux publications (open access).

Ils ont également adopté un ensemble de principes communs visant à promouvoir le développement des carrières scientifiques. Tels sont les principaux résultats de la réunion annuelle 2014 du Conseil mondial de la recherche (GRC), qui s’est tenue les 27 et 28 mai à Pékin en Chine.

PNGLe rapport relatif à la situation du libre accès est le fruit d’une vaste consultation de tous les participants faisant suite à l’approbation en 2013 du Plan d’Action du GRC pour le libre accès aux publications. « Nous vivons un moment exceptionnel », a declaré Paul Boyle, Président de Science Europe [1] ; « les agences de recherche du monde entier sont favorables au libre accès à tous les résultats des travaux de recherche financés par le secteur public et au financement duquel elles ont participé à l’origine. C’est la première fois en effet qu’elles ont convenu d’examiner à ce point et de manière aussi systématique leurs politiques respectives ainsi que leurs activités de suivi s’agissant de la question du libre accès ».

Les co-organisateurs de la réunion annuelle que sont l’Académie des sciences chinoise (CAS), la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine (NSFC) et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), ont annoncé la création d’un groupe de travail international du GRC sur la question du libre accès. Ce groupe a pour mandat d’approfondir l’analyse des résultats de la consultation et de formuler des recommandations en vue de faire avancer l’harmonisation.

PNGLes participants ont adopté une déclaration de principes relatifs à la préparation de l’avenir, qui servira de document de référence aux agences de financement de la recherche en vue de soutenir la prochaine génération de chercheurs. « Dans un premier temps, il est crucial que les chercheurs – quel que soit le stade de leur carrière – soient reconnus en tant que professionnels », a déclaré Pascale Briand, Directrice générale de l’Agence nationale de la recherche (ANR [2]). « Je suis fière que, dans le cadre des efforts de collaboration internationale qui ont abouti à l’adoption de cette déclaration, la contribution européenne ait pu faciliter le consensus ».

En amont de cette importante réunion, en effet, une série de reunions regionales préparatoires avaient été organisées à l’automne 2013. En octobre dernier, Science Europe et l’ANR – tous deux participantes au GRC – ont co-organisé avec succès la réunion régionale européenne qui s’est tenue à Paris. Cette manifestation a réuni des experts de haut niveau issus de diverses organisations européennes, et notamment des agences de financement de la recherche, des instituts et organismes de recherche, des institutions de l’UE, des organisations parties prenantes et des représentants d’autres régions du GRC.
Le GRC offre une tribune annuelle aux organismes de financement de la recherche du monde entier qui viennent y échanger et nouer les liens nécessaires à une coopération internationale plus étroite. Le GRC est une plate-forme virtuelle libre, sans secrétariat permanent, qui concentre ses activités sur des sujets d’intérêt général et communs aux agences de financement. C’est en mai 2015 à Tokyo au Japon qu’aura lieu la quatrième réunion annuelle du GRC, co-organisée par la Société japonaise pour la promotion de la Science (JSPS) et la Fondation nationale de la recherche d’Afrique du Sud (NRF).

Les conclusions de la réunion annuelle 2014 du GRC sont disponibles en ligne à l’adresse suivante : http://www.globalresearchcouncil.org
Contacts :
• Science Europe : Elena Torta, Responsable de la communication, elena.torta@scienceeurope.org, Tél. : +32 (0)475 84 01 12
• ANR : Sophie Ferrand, Responsable de la communication internationale, sophie.ferrand@agencerecherche.fr, Tél. : +33 (0)1 73 54 81 72

[1

Science Europe regroupe 52 organisme de financement de la recherche et organismes de recherche issus de 28 pays différents, représentant un budget de recherche global d’environ 30 milliards d’euros par an. L’association a été fondée en octobre 2011 en tant que plate-forme de collaboration entre les organisations membres, tant au niveau de leurs politiques et de leurs stratégies, qu’au niveau de leurs différentes activités.
Le libre accès aux publications scientifiques et les carrières scientifiques figurent parmi les principaux domaines d’action stratégique pour lesquels les organisations membres reconnaissent que Science Europe apporte une valeur ajoutée à aux différentes collaborations, en complément et en soutien de leurs propres activités.

[2

L’Agence Nationale de la Recherche finance la recherche sur projets. Sur un mode d’évaluation compétitive par les pairs qui respecte les standards internationaux, elle s’attache à fournir à la communauté scientifique les instruments et conditions favorisant la créativité, le décloisonnement, les émergences et les partenariats, notamment entre secteurs public et privé. Elle a notamment mis en place un instrument spécialement dédié aux jeunes chercheurs. De par son activité, elle contribue également à renforcer la compétitivité et l’influence de la recherche française en Europe et à l’international. Depuis 2010, l’ANR est aussi le principal opérateur des Investissements d’Avenir dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. Dans ce cadre, elle assure sélection, financement et suivi des projets relatifs aux centres d’excellence, à la santé, aux biotechnologies et au champ de la valorisation de la recherche.

publié le 20/06/2014

haut de la page