Jean-Pierre Sauvage, Prix Nobel de chimie 2016

Le mercredi 5 octobre, le prix Nobel de chimie 2016 a été attribué au Français Jean-Pierre Sauvage de l’université de Strasbourg, au Britannique James Fraser Stoddart de l’université Northwestern aux Etats-Unis et au Néerlandais Bernard Lucas Feringa de l’université de Groningen aux Pays-Bas, pour leurs travaux sur la conception et la synthèse de machines moléculaires.

JPEG

La recherche française mise à l’honneur

JPEG Né à Paris le 21 octobre 1944, Jean-Pierre Sauvage a effectué sa thèse à l’Université de Strasbourg sous la direction de Jean-Marie Lehn. Après un post-doctorat à Oxford, il revient en France et effectue sa carrière au CNRS qu’il intègre en 1971 et devient directeur de recherche au CNRS en 1979. Jean-Pierre Sauvage travaille à l’Institut de science et d’ingénierie supramoléculaire (CNRS/Université de Strasbourg). Il a également reçu la médaille de bronze en 1978 et celle d’argent du CNRS en 1988.

Jean-Pierre Sauvage est l’un des pionniers internationaux des machines moléculaires. Ces dispositifs sont des assemblages de molécules capables de changer de conformation en conservant leur topologie, de se mettre en marche de manière contrôlée sous l’effet de signaux lumineux, thermiques, ou électriques par exemple. Jean-Pierre Sauvage et son équipe sont notamment parvenus à concevoir et synthétiser des systèmes moléculaires reproduisant à l’échelle nanométrique des mouvements de rotation, de translation, de contraction à l’image d’une fibre musculaire ou d’autres processus biologiques importants.

Ce prix Nobel vient reconnaître une nouvelle fois l’excellence de la recherche française, de ses laboratoires, de ses organismes et de ses universités. Avec plus de 60 prix Nobel, la France reste la 4e nation dont la qualité de la recherche est ainsi reconnue.

Communiqué du Centre national de la recherche scientifique
Communiqué du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche

publié le 07/10/2016

haut de la page