L’Arctique, sentinelle du réchauffement climatique

En décembre, la COP21 de Paris définira un nouveau cadre d’action international pour concilier à la fois l’aspiration de tous à la prospérité et au développement et les limites naturelles de notre planète. Tous les pays veulent aboutir à un accord ambitieux sur le climat dont l’objectif sera de bâtir ensemble un accord universel, conclu par tous et applicable à tous les pays qui permette de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 1,5 °C ou 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et d’adapter nos sociétés aux dérèglements existants.

Afin de sensibiliser le grand public aux enjeux de cette échéance cruciale, le Consulat général de France à Québec a organisé toute une programmation autour de la thématique « L’Arctique, sentinelle du réchauffement climatique ».

JPEG

Exposition photo, films, rencontres et conférence se sont succédé au Musée de la civilisation cet automne. L’exposition « D’un pôle à l’autre », du photographe et journaliste Vincent Hilaire, sera présente au Musée jusqu’au 3 janvier 2016.

Point d’orgue de cette programmation, la conférence FACTS du 7 octobre dernier a rassemblé des experts de renom (Marcel Babin, Louis Fortier et Michel Allard de l’UMI Takuvik ainsi qu’Alexandra Lavrillier, du centre de recherche Culture, Environnement, Arctique, Représentations, Climat) auxquels se sont joints M. Michel Côté, directeur général du Musée, M. Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec, et M. Philippe Couillard, Premier ministre du Québec.

Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec, conférence FACTS / Crédit photo : Julien Auger, Icône
Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec, conférence FACTS / Crédit photo : Julien Auger, Icône
Joël Leblanc, agence de communication scientifique Zapiens, animateur de la conférence FACTS / Crédit photo : Julien Auger, Icône
David Heurtel, ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques / Crédit photo : Julien Auger, Icône
Michel Côté, directeur général du Musée de la civilisation, Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec, Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec / Crédit photo : Julien Auger, Icône
Conférence de presse du 29 septembre avec Michel Côté, directeur général du Musée de la civilisation, Nicolas Chibaeff, Consul général de France à Québec, David Heurtel, Ministre de l'Environnement du Québec, Florent Dominé, chercheur de l'UMI Takuvik et Vincent Hilaire, photographe de l'exposition "D'un pôle à l'autre" / Crédit photo : Julien Auger, Icône
Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec, conférence FACTS / Crédit photo : Julien Auger, Icône
Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec, conférence FACTS / Crédit photo : Julien Auger, Icône
Vincent Hilaire, à l'entrée de son exposition "D'un pôle à l'autre" / Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec, conférence FACTS / Crédit photo : Julien Auger, Icône

« À la veille de la tenue à Paris de la 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, il est essentiel de prendre en compte les signaux lancés par l’Arctique, un écosystème aux avant-postes du climat. Le Nord, formidable objet de recherche, requiert une collaboration internationale accrue. Je me réjouis de constater que notre coopération avec la France s’attarde aujourd’hui sur cet enjeu crucial. Nos échanges en matière de lutte contre les changements climatiques et de recherche nordique permettent en effet de mieux comprendre des phénomènes liés aux changements climatiques », a déclaré le premier ministre.

« La France et le Québec se retrouvent autour d’une sensibilité aux enjeux des dérèglements climatiques et, notamment, à l’avenir de la zone arctique. Notre dialogue contribue à la recherche de solutions », a déclaré le consul général, Nicolas Chibaeff.

Messieurs Couillard et Chibaeff ont tous les deux salué les travaux de l’UMI Takuvik en matière de recherche nordique, bel exemple de l’excellence et de la richesse de la coopération scientifique franco-québécoise fructueuse.

Cette soirée a ainsi été l’occasion de mieux cerner les enjeux que représentent les pôles, et plus particulièrement l’Arctique, dans la lutte contre le réchauffement climatique : un signal d’alarme à prendre en compte, à la veille de la COP21. Les effets des changements climatiques y sont en effet deux fois plus visibles : fonte de la banquise, répercussions sur les écosystèmes marins et sur les services écosystémiques rendus, dégel du pergélisol et modification de l’environnement des communautés autochtones, premiers témoins de ces changements.

La programmation se termine à Montréal avec le bar des sciences « Climat, le Paris de la dernière chance », en partenariat avec Radio-Canada et Québec Science, le 1er novembre à l’Espace La Fontaine.

publié le 28/10/2015

haut de la page