La France honore M. Pierre Moreau (1er juin)

Discours de M. François Alabrune à l’occasion de la remise des insignes d’Officier dans l’Ordre des Palmes Académiques à Monsieur Pierre Moreau.

Mesdames, Messieurs,

Parmi les moments privilégiés que comporte la mission de Consul général de France à Québec, il n’y en pas de plus agréable que celui que je connais aujourd’hui en décorant une personnalité de grande valeur, qui a rendu de grands services à la relation franco-québécoise et, de surcroît, en rendant hommage à un ami très cher, que j’ai appris à connaître, dans des situations variées, dont j’ai pu apprécier la force de caractère, la grandeur d’âme, la hauteur d’esprit et la chaleur humaine.

De cette personnalité d’envergure, de cet ami, permettez moi de retracer le parcours.

Cher Pierre Moreau,

Vous êtes né à Ottawa et avez été élevé à Gatineau, zone de frontière linguistique, qui explique peut être en partie votre ouverture aux liens interculturels.

JPEGC’est d’ailleurs à l’Université Mc Gill que vous obtiendrez votre Doctorat, dans votre domaine de spécialité : la biologie, plus précisément la microbiologie.

Mais vous franchissez l’océan pour mener à bien votre formation post doctorale, effectuant un stage de 1980 à 1982, auprès du Professeur Pierre Chambon, alors Directeur de l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire de Strasbourg et devenu depuis membre de l’Académie des Sciences et du Collège de France. Vos années à Strasbourg vous marqueront profondément, et vous en parlez souvent. Vous y découvrez la France mais aussi une autre région de frontière, à la charnière de la France et de l’Allemagne, bref au cœur de l’Europe.

Vous rentrez ensuite à Ottawa pour entamer votre carrière professorale, dans le domaine de la virologie et la biologie moléculaire et cellulaire de 1982 à 1987.

Vous enseignerez ensuite à Québec, à l’Université Laval, de 1987 à 2002, où vous occuperez les fonctions de Vice-doyen aux études puis de doyen de la Faculté des sciences et de génie.

C’est en 2002 que vous rejoignez l’Université du Québec, réseau public universitaire réunissant neuf établissements d’enseignement supérieur au Québec. Vous en êtes de 2002 à 2004, le Vice-Président à l’enseignement et à la recherche . Vous en êtes à partir de 2004 le Président.

Au début de cette année 2009, où vous retrouvez votre Alma mater, l’Université Mc Gill où vous êtes chargé des fonctions de Directeur général du Service de la planification et de l’analyse institutionnelle et de conseiller principal à l’élaboration des politiques.

Depuis votre stage post-doctoral en France, vous avez multiplié les contacts avec des établissements français et facilité les mobilités des étudiants français et québécois.

Vous avez ainsi fortement contribué à la reconnaissance mutuelle du baccalauréat français et du diplôme d’enseignement collégial (DEC) québécois.

Sous votre impulsion, l’Université du Québec a créé, en 2008 à Paris, un bureau devant favoriser les partenariats entre les établissements du réseau de l’UQ et des universités françaises.

JPEGVous avez également établi des liens solides avec l’Université de Rennes où vous avez notamment été membre du Conseil de direction du Campus numérique, et avec l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM).

Vous avez accueilli M. Alain Juppé, ancien Premier Ministre français comme professeur, dans l’un des établissements du réseau de l’UQ, l’Ecole Nationale d’Administration Publique (ENAP).

Vous avez contribué à la mise en place de coopérations de qualité entre les universités de Bordeaux et celles du réseau que vous présidez.

Je ne doute pas que dans vos nouvelles fonctions, à l’Université Mc Gill, vous contribuerez au développement des liens déjà très riches que cet établissement entretient avec la France.

Votre parcours démontre votre engagement en faveur de l’ouverture internationale des universités québécoises, des liens interculturels et des coopérations transfrontalières. C’est d’ailleurs un thème central de vos nombreuses conférences en Amérique du Nord et en Europe.

Votre engagement concerne non seulement le monde académique, mais aussi celui de la société civile tant au plan local qu’au niveau international. Vous êtes ainsi membre de nombreux conseils d’administration dont ceux
- de l’Association des universités et collèges du Canada, l’AUCC,
- de la Fédération des Chambres de commerce du Québec, la FCCQ,
- de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec, la CREPUQ,
- de l’Orchestre symphonique de Québec,
- du Consortium for North American Collaboration in Higher Education Collaboration,
- du Collège François-Xavier Garneau
- ou du Parc technologique du Québec métropolitain.

Vous avez reçu de nombreux prix dont celui du Journal économique pour être « l’un des 50 leaders économiques de la Région de Québec ». Mais comme biologiste moléculaire de formation et professeur de cœur, l’honneur le plus précieux pour vous demeurera celui reçu en 1993 de vos étudiants : « le professeur le plus apprécié du premier cycle. »

Au delà de votre parcours professionnel, c’est votre personnalité qui impressionne en effet, par votre chaleur, votre calme et votre autorité naturelle, fondée sur le sens du dialogue et de la pédagogie, dont vous avez eu à faire preuve notamment pour animer le réseau de l’université du Québec.

Il était temps que la France reconnaisse vos mérites et c’est pourquoi, au nom de la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, j’ai le plaisir de vous remettre les insignes d’officier de l’Ordre des Palmes académiques.

publié le 13/01/2012

haut de la page