Le Portrait du mois… Christophe Rousseau (octobre 2010)

Etre bien avec soi-même pour être bien avec un ailleurs

JPEGIl se dit Breton, 75 % du sang qui coule dans ses veines vient de Breizh, mais il se sent aussi chez lui au Québec. Christophe Rousseau, 42 ans, a fait ses études à Quimper. Il a travaillé à Concarneau puis à Saint-Brieuc, Auray, Rennes et Guingamp. Il a arpenté une grande partie de SA Bretagne mais, en 1999, l’’appel du grand large se fait plus fort. Après avoir réalisé plusieurs voyages au cours desquels il découvre les terres et les côtes venteuses des Etats-Unis, du Maroc, de la Grande-Bretagne et du Canada, et alors qu’il est déjà un peu parti dans sa tête, il décide de faire définitivement traverser l’’Atlantique à ses planches de surf.

Il remplit alors un dossier d’’immigration pour s’’installer au Québec. D’’abord à Montréal où il atterrit. Très vite, la ville de Québec et surtout la rive Sud du fleuve Saint-Laurent qui longe la Vieille capitale deviennent aux yeux de ce fanatique de windsurf le centre du monde. Le vent qui y souffle et les vagues qui s’’y cassent en font un paradis. Christophe Rousseau a trouvé son havre et il espère maintenant que le vent tournera en sa faveur professionnellement.

Spécialiste du contrôle de la qualité dans le secteur de l’’agro-alimentaire en France, il se met en quête d’’un emploi. Son vœu est rapidement exaucé. Moins de deux semaines après son arrivée et avec une rapide mise à niveau à l’’Institut agro-alimentaire de Saint-Hyacinthe, il trouve un emploi dans le domaine de la chimie spécialisée en agro-alimentaire. Il change toutefois rapidement d’’employeur et se tourne vers les logiciels informatiques. Il devient alors commercial pour la société SANILOGIK Technologies dans laquelle il investit temps et argent. Un boulot qui l’’amène à serpenter à travers les petites routes de la province. Il y découvre le « vrai » Québec. Ces villages où les gens se souviennent de vous, même si cela n’’est que la deuxième fois que vous mettez les pieds dans leur petit coin de pays. Ces restaurants dans lesquels la propriétaire vous prépare un petit sac avec des provisions en prévision de la longue route qui vous attend pour retourner chez vous. Il avale les kilomètres et côtoie le bonheur. « Il faut être reçu par un monsieur de Chicoutimi qui vous apporte des croissants et du café frais le matin avant de vous glisser qu’’il doit partir travailler car il est le PDG de la plus grande entreprise du coin, pour comprendre ce Québec aux relations simples et vraies », lance-t-il.

S’’il s’’est longtemps cherché, Christophe Rousseau peut désormais dire : « mission accomplie ». « J’’ai peut-être toujours su que je voulais créer ma propre boîte mais c’’est au Québec que j’’ai réalisé que j’’avais ce désir et c’’est surtout au Québec que j’’ai eu les moyens de mener à bien mon projet. » Fondateur d’’IDEVA.CA, entreprise spécialisée dans le développement et la programmation de sites Internet, Christophe Rousseau s’’épanouit dans sa nouvelle vie. « Il faut d’’abord être bien avec soi-même pour être bien avec un ailleurs », croit-il. Et le Québec est, selon lui, l’’endroit idéal pour apprendre à s’’aimer. « En France, je n’’aurais jamais imaginé possible de passer de l’’industrie agro-alimentaire à l’’informatique, c’’est pourtant ce que j’’ai réussi à faire ici. » Un changement de carrière qui le rend parfaitement heureux.

Yasmine Berthou</sc>

Deux questions sur l’’immigration…

- Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu lorsque vous avez décidé de venir vivre au Québec ?
- Quel conseil donneriez-vous à votre tour à un Français qui déciderait de venir s’’installer au Québec ?

Cliquez ici pour lire les autres Portraits du mois

publié le 30/11/2011

haut de la page