Le portrait du mois... Jeanne Lagabrielle et Florence Cassisi (janvier 2011)

Jeanne Lagabrielle et Florence Cassisi : un bol d’air québécois

JPEG

En 2009, alors qu’elles vivent à Paris, Jeanne Lagabrielle, 30 ans, et Florence Cassisi, 33 ans, décident de changer d’horizon. Elles souhaitent toutefois continuer à vivre dans une bulle francophone. Leurs regards se tournent naturellement vers le Québec. « En France, nous ne nous sentions pas discriminées, remarque Florence Cassisi. Mais ici, nous le sommes encore moins, quelle que soit la minorité, visible ou invisible, à laquelle on appartient. Le Québec est une société plus consensuelle dans laquelle on se soucie moins de ce que peut faire son voisin. » Comme 80 % des nouveaux arrivants français, les jeunes femmes s’installent d’abord à Montréal. « C’est une métropole qui bouge beaucoup et nous lui avons rapidement préféré une ville à taille plus humaine. »

Sa conjointe, enseignante en Histoire dans une école secondaire de Québec, remarque pour sa part que le monde de l’éducation est beaucoup plus sensibilisé à ’™homophobie au Québec. « C’est une société davantage préventive contre les discriminations en général et, a fortiori, contre l’homophobie. » Aujourd’hui, avec le recul, elle estime avoir été agréablement surprise par le Québec, même si elle avoue avoir dû changer sa façon d’aborder les relations professionnelles. « J’étais habituée à débattre et à affirmer haut et fort mes idées et j’ai appris à être moins vindicative pour me faire entendre. » Quant à ses élèves, elle reconnaît apprécier que la prise en compte de leurs besoins et la collaboration en classe soient davantage mis en avant.

De son côté, Florence Cassisi, qui a été tour à tour photographe en communication d’entreprise et gestionnaire immobilière en France, s’épanouit avec talent comme artiste photographe.

Si elles ont trouvé extrêmement déchirant de quitter la France, leurs familles et leurs amis, Jeanne et Florence ont trouvé au Québec un climat politique plus serein et un état d’esprit davantage marqué par l’optimisme. Un vrai bol d’air frais qu’elles continuent d’apprécier au quotidien.

Deux questions sur l’immigration

- Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu lorsque vous avez décidé de venir vivre au Québec ?

- Quel conseil donneriez-vous à votre tour à un Français qui déciderait de venir s’installer au Québec ?

Cliquez ici pour lire les autres Portraits du mois

publié le 24/02/2015

haut de la page