Les extraterrestres existent-ils ?

A l’occasion d’une conférence sur la vie extraterrestre, au nouveau Planétarium le mardi 30 avril 2013, Roland Lehoucq, astrophysicien et chercheur au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, répond à nos questions sur ce sujet.

"Droits CEA/Irfu"Monsieur Lehoucq, pouvez-vous nous donner un aperçu de votre parcours et de ce qui vous fascine dans ce domaine de recherche ?

Je suis un ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris où j’ai suivi un cursus universitaire jusqu’à la thèse de physique. Après celle-ci, j’ai été embauché au Service d’Astrophysique du CEA de Saclay.

Mon domaine de recherche est la cosmologie. La question de la vie extraterrestre en m’intéresse qu’à titre personnel et pour me permettre de vulgariser les sciences. Parler d’une possible vie extraterrestre permet de s’interroger sur sa possibilité et nécessite de comprendre comment la vie est apparue sur Terre et quelles sont les conditions de son apparition. Elle permet aussi de reconnaître que la vie terrestre est beaucoup plus variée que celle que nous croisons habituellement (humain, chien ou chat !) et que certaines êtres actuels ou disparus sont vraiment curieux. La biodiversité terrestre est incroyable !


> A la lumière des connaissances scientifiques actuelles, peut-on donner une définition et évoquer les critères constitutifs d’une vie extraterrestre ?

Il y a plusieurs définitions possibles, en voici une : la vie est un mode d’organisation de la matière de formes et de complexité variables, en interaction avec son environnement, capable de se reproduire presque à l’identique en utilisant matériaux et énergie disponibles dans son environnement. La vie extraterrestre, si elle existe, devra se plier à des contraintes imposée par les lois de la physique, de la chimie et de la biologie.


> Dès lors, quelles sont les probabilités qu’elle puisse exister ?

Faute d’en avoir observé ailleurs que sur Terre, personne ne le sait ! Sur notre planète nous avons trouvé de la vie dans des endroits qui étaient réputés ne pas en avoir, comme les abysses océaniques, des eaux glacées ou très salées. Dans l’univers, la quête continue en cherchant des exoplanètes, dans l’espoir d’en trouver une qui ressemblera peu ou prou à la Terre et située dans la zone d’habitabilité de son étoile. Une fois découverte, il faudra analyser la lumière diffusée par son atmosphère pour essayer d’y trouver des indices de

> Vous vous intéressez beaucoup à la science fiction. Le mythe de la science fiction qui rejoindrait un jour la science, peut-il devenir une réalité ?

La science et science-fiction ne cherchent pas forcément à se rejoindre. Mais toutes deux ont des points communs, comme le nécessaire recours à l’imagination, la création d’images ou le travail sur le langage. Elles diffèrent aussi de façon essentielle sur la façon de décider si une production est intéressante. D’une certaine façon, il faut beaucoup de rigueur pour faire de la science, et aussi de l’imagination, tandis que pour écrire de la science-fiction, il faut beaucoup d’imagination et aussi de la rigueur.

> En tant que chercheur, que vous apporte la science fiction dans vos travaux de recherche ?

La science fiction en tant que telle, rien de particulier. En revanche la vulgarisation scientifique permet de prendre du recul sur son domaine de recherche et plus généralement sur sa discipline pour mieux en maîtriser les arcanes, étapes indispensable vers l’exposition à un large public.

Photo : droits cea/irfu

  • A quoi ressemblent les extraterrestres ?

Une conférence de Rolan Lehoucq, au Planétarium Rio Tionto Alcan le mardi 30 avril à 19h30.

Plus de renseignements et billetterie en ligne : http://espacepourlavie.ca/billetterie

Un évènement organisé par l’Association des communicateurs scientifiques, ACS, avec le soutien du Consulat général de France à Québec.

publié le 10/07/2014

haut de la page