M. Marcel Fournier décoré des insignes d’Officier des Arts et des Lettres , 10 juin 2010

JPEGREMISE DES INSIGNES D’OFFICIER
DES ARTS ET DES LETTRES
À M. MARCEL FOURNIER, MAITRE GENEALOGISTE, CONFERENCIER, AUTEUR

10 JUIN 2010- LONGUEUIL

Madame la Mairesse,
Madame la Directrice (Mme Putnoki),
Monsieur Marcel Masse,
Mesdames et Messieurs,
Cher Marcel Fournier,

J’ai l’honneur aujourd’hui de vous remettre au nom du gouvernement français les insignes d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres. C’est avec plaisir que j’attribue cette décoration à un grand ami de la France et un spécialiste de l’histoire franco-québécoise.

Historien autodidacte, vous manifestez très tôt votre intérêt pour l’histoire du Québec, et publiez dès 1972 quatre monographies de la région de Lanaudière au Québec. Fort de cette expérience, vous orientez en 1978 vos recherches vers l’histoire des origines des Québécois. C’est ainsi que paraît en 1981 votre Dictionnaire biographique des Bretons en Nouvelle-France, un ouvrage très apprécié tant auprès des généalogistes québécois que français. Persévérant, passionné par la généalogie, vous menez de nombreuses recherches de part et d’autre de l’Océan Atlantique. C’est dans ce contexte qu’un ouvrage plus conséquent voit le jour en 1987 : Les Bretons en Amérique du Nord des origines à 1770. Cet écrit, qui comporte une partie biographique constituée de 2380 notices d’immigrants bretons, est le premier du genre. Il vous sert alors de point de départ à des années d’études, qui donneront vingt plus tard naissance à un ouvrage magistral : Les Bretons en Amérique française 1504-2004, paru en 2005 aux Editions Les Portes du Large à Rennes. Une alliance entre l’histoire – à travers cinq siècles de relations passionnantes entre la Bretagne et l’Amérique française – et la généalogie, en suivant les aventures particulières de cent quinze pionniers de souche bretonne en Acadie, en Nouvelle-France, au Canada et en Louisiane.

Votre terrain d’enquête, le fruit de ces études remarquables ne se mesure pas seulement à une simple échelle régionale ou nationale, mais s’étend au continent. En 1989 vous publiez Les Européens au Canada de nos origines à 1765. Cette recherche permet d’étudier la participation des immigrants issus de vingt-quatre pays européens, à l’exception de la France, au peuplement du Canada. De même, De la Nouvelle-Angleterre à la Nouvelle-France, ouvrage publié en 1992 par la Société généalogique canadienne française, aborde l’histoire des captifs anglo-américains au Canada entre 1675 et 1760.

Votre passion et votre talent se reflètent dans la diversité des sujets que vous traitez, et dans les histoires que vous savez conter… et chiffrer ! À titre d’exemple, votre œuvre maîtresse, Les Français au Québec 1765-1865, parue en 1995 aux Editions du Septentrion à Québec et aux éditions Christian à Paris, et qui présente l’histoire d’un mouvement migratoire français méconnu, contient 1488 notices biographiques. Ce savoir-faire exceptionnel vous a d’ailleurs valu d’être honoré pour cet ouvrage de trois prix en histoire et en généalogie.

Vous apparaissez ainsi comme le spécialiste de l’étude des origines familiales des pionniers établis au Québec. Votre étude Origine des familles pionnières du Québec ancien qui parait en 1997 regroupe en ce sens les résultats de plusieurs groupes de recherche et suscite l’intérêt de nombreux chercheurs français, québécois et américains.

En tant que grand maître de la généalogie québécoise, vous entretenez des relations privilégiées avec le monde de la recherche. Vous coordonnez depuis 1998 le projet franco-québécois de recherche sur les origines familiales des émigrants français et étrangers établis au Canada jusqu’en 1865. Dans ce cadre, vous créez le fichier Origine, véritable répertoire informatisé, diffusé par la Fédération québécoise des sociétés de généalogie à l’intention des chercheurs en histoire et en généalogie. Vous travaillez alors à la Bibliothèque nationale du Québec et devenez responsable de son site Internet. Vous développez ainsi votre savoir-faire en matière d’élaboration de fichiers électroniques et de sites Internet spécialisés. Cette expertise vous amène, à l’occasion du 400ème anniversaire de Québec, à mettre en place, pour le compte de la Maison de la France à Montréal, devenue Atout France, une base de données retraçant les origines de 9000 patronymes français. En développant de tels outils électroniques, vous rendez accessibles des ressources généalogiques impliquant des familles françaises et canadiennes et renforcez ainsi considérablement les relations entre la France et le Québec.

Vous avez de ce fait mené plus d’une quarantaine de séjours de recherche en France, et présidé, de 1995 à 1997, le comité québécois du Congrès de Bourges qui a assuré la participation du Québec à titre d’invité d’honneur au 14ème congrès de la Fédération française de généalogie. Vous dispensez également des cours de généalogie auprès de différents publics et animez des ateliers d’initiation à la recherche généalogique. Vous présentez enfin de nombreuses conférences au Québec, en France et en Europe sur l’histoire du peuplement au Canada, et avez publié plus d’une cinquantaine d’articles en histoire et généalogie. Vous avez d’ailleurs été président de la Société généalogique canadienne-française de 1999 à 2007 et membre du conseil d’administration de la Fédération québécoise des sociétés de généalogie de 1997 à 2003.

Un conférencier talentueux, un généalogiste émérite, mais également un militant de l’amitié franco-québécoise… Vous avez en effet été vice-président de l’association Québec-France de 1984 à 1989, puis président du comité de commémoration sur les lieux de mémoire communs depuis 2003. Vous dirigez depuis 2006 le projet Montcalm, projet de coopération franco-québécoise sur la reconstitution des rôles des soldats de Montcalm qui ont combattu en Nouvelle-France lors de la guerre de Sept Ans. Vous travaillez à ce titre à la constitution d’une formidable base de données dont les premiers résultats ont été publiés dans un livre commémoratif, Combattre pour la France en Amérique, paru en septembre dernier à l’occasion du 250ème anniversaire de la bataille des Plaines d’Abraham et de la mort de Montcalm. Ce travail remarquable d’historien et de généalogiste auquel vous vous dédiez vous a d’ailleurs valu le 14 septembre 2009 la médaille d’honneur du service historique de la Défense française pour votre contribution à l’histoire militaire franco-canadienne.
Homme minutieux, travailleur passionné, vous êtes une figure éminente dans les domaines de l’histoire et de la généalogie au Canada et en France, et avez à ce titre reçu de nombreux prix prestigieux, parmi lesquels le diplôme d’honneur de la Fédération française de généalogie en 1999, le prix Archange-Godbout de la Société généalogique canadienne française en 2003 et la médaille de l’Assemblée nationale du Québec.

Je ne peux à mon tour que rendre hommage à votre travail remarquable qui, au-delà des recherches généalogiques que vous avez dirigées et des outils informatiques que vous avez créés pour l’accessibilité de ces ressources, reflète la grande amitié que vous ne cessez de témoigner à la France.

Monsieur Marcel Fournier, au nom du Ministre de la Culture et de la Communication, j’ai l’honneur et le plaisir de vous remettre aujourd’hui les insignes d’Officier des Arts et des Lettres.

publié le 01/03/2012

haut de la page