Mme Hélène Le Gal a remis les insignes de chevalier dans l’Ordre National du Mérite à M. François Bouilhac

JPEGLa Consule Générale de France à Québec, Mme Hélène Le Gal, a remis les insignes de chevalier dans l’Ordre National du Mérite à M. François Bouilhac, sous-ministre adjoint à la Direction générale des Affaires économiques internationales du Ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation le vendredi 30 octobre à la Résidence de France, 1075 avenue des Braves à Québec.

L’Ordre National du Mérite a été institué le 3 décembre 1963 par le général de Gaulle. Il récompense les mérites distingués, militaires ou civils, rendus à la nation française.

Par son engagement, M. François Bouilhac a contribué au développement de la relation économique franco-québécoise, mais aussi à la relation entre la France et le Québec, entre Québécois et Français.

Discours de remise des insignes

" Mesdames et Messieurs les Sous-ministres,
Sous-Ministres adjoints, distingués invités,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis, Cher François Bouilhac,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour mettre à l’honneur M. François Bouilhac.
C’est une grande joie pour moi de vous accueillir et d’accueillir M. Bouilhac à la Résidence de France.

François Bouilhac est l’incarnation de l’intégration réussie d’un citoyen français au Québec. La cérémonie d’aujourd’hui est organisée pour souligner le travail qu’il a accompli depuis de nombreuses années pour le développement de la coopération entre la France et le Québec.

Laissez-moi vous rappeler le parcours personnel de M. François Bouilhac, parcours qui passe par la France, l’Europe, mais aussi et surtout par le Québec !

Francois Bouilhac, vous êtes né à Alençon en 1946. Vous êtes marié et père de deux enfants. Vous avez passé votre enfance en Normandie, puis fait des études à l’Ecole Supérieure de Commerce de Rouen dont vous sortez diplômé en 1968. Pour la première fois, aussitôt après, vous franchissez l’Atlantique pour compléter votre formation à HEC Montréal. Entre 1970 et 1972 vous êtes coopérant du Service National à Montréal. Puis vous commencez à travailler en France, avant de faire un séjour de 4 ans au Québec comme directeur d’Informatech France-Québec. Vous retournez ensuite en France où vous intégrez un grand groupe français.

Le virus « du Québec », contracté lors de vos précédents séjours, vous fait à nouveau traverser l’Atlantique. Vous commencez alors votre carrière dans la fonction publique québécoise. D’abord au Ministère du Commerce Extérieur et du Développement Technologique, puis au Ministère des Relations Internationales, et à nouveau au Ministère du Commerce Extérieur et du Développement Technologique. De septembre 1989 à septembre 1992 le Gouvernement vous nomme Délégué du Québec en Allemagne à Düsseldorf. De retour au Québec vous accédez aux fonctions de Directeur Général Europe au Ministère des Relations Internationales, avant de rejoindre à nouveau le Ministère de l’Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie comme Directeur général Europe, Afrique et Moyen-Orient, puis Directeur général des Amériques, Directeur général adjoint chargé du développement des marchés.

En novembre 2000 vous êtes nommé Sous-ministre adjoint aux affaires bilatérales au Ministère des Relations Internationales, poste que vous occuperez jusqu’en mars 2005. A peine quelques mois plus tard vous rejoignez le Ministère du Développement Économique, de l’Innovation et de l’Exportation où vous devenez Sous-ministre adjoint à la Direction générale des Affaires économiques internationales, fonction que vous occupez actuellement.

Vous êtes, cher François Bouilhac, depuis plusieurs années, l’un des interlocuteurs privilégiés des autorités françaises au Québec.

La relation directe et privilégiée qui existe entre la France et le Québec, doit beaucoup aux hommes et aux femmes qui l’animent. Des personnes comme vous, qui la rendent dynamique, riche, variée et de surcroît agréable. Votre vécu et votre expérience biculturelle, votre passion pour les échanges, ont été remarqués par tous, et considérés comme des atouts par la fonction publique québécoise qui vous a confié des missions importantes, comme le montre votre parcours professionnel.

Vous faites aussi partie de ces hommes précieux qui animent la relation franco-québécoise.

Qu’il s’agisse des rencontres du Groupe de Coopération économique franco-québécois que vous avez co-présidées à 5 reprises au cours de ces dernières années – la dernière s’est tenue à Magog tout dernièrement, et je regrette vivement de n’avoir pu, pour des raisons d’agenda, profiter de cette occasion pour vous honorer - ou des évènements que vous avez organisés ou pilotés, notamment dans le cadre du 400ème anniversaire de la fondation de la ville de Québec. Le succès de la rencontre d’affaires Aéromart 2008 qui a réuni 450 entreprises du secteur aéronautique et spatial, et du Mondial des PME Futurallia qui a rassemblé 1000 entreprises françaises et québécoises vous doit beaucoup.

Les personnes qui ont eu à travailler avec vous sont unanimes à souligner votre capacité d’écoute, votre droiture, votre esprit pragmatique, votre disponibilité. Vous savez trouver l’équilibre, les mots justes, le consensus - ce qui ne vous empêche pas d’être un bon négociateur -, vous savez faciliter les contacts, apporter une solution aux problèmes avec calme et mesure.

Ces qualités et bien d’autres, moins palpables comme votre vision stratégique et votre sens politique, vous avez su les mettre au service du gouvernement québécois en même temps que de la relation économique exceptionnelle entre le Québec et la France.

Le contact humain est au cœur de votre personnalité. Je ne peux donc passer sous silence votre engagement dans la vie québécoise. Vous êtes demeuré proche d’HEC Montréal où vous avez étudié et où vous donnez des cours et intervenez régulièrement lors de séminaires. Vous êtes aussi, alliant vos compétences professionnelles à vos convictions personnelles, administrateur de la paroisse de Boisbriand, ville où vous demeurez.

Pour l’homme de contact sincère que vous êtes mais aussi pour l’ensemble du travail que vous avez accompli et accomplissez au quotidien pour l’enrichissement de la relation franco-québécoise économique, bien sûr, mais aussi pour votre contribution personnelle à la relation entre la France et le Québec, entre Québécois et Français, c’est un honneur pour moi de vous remettre cette décoration.

M. Bouilhac, au nom du Président de la République, je vous fais Chevalier dans l’Ordre national du Mérite. "

Hélène Le Gal

publié le 11/01/2013

haut de la page