Nouvelle Chaire de recherche du Canada en chimie verte à l’Université McGill

Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations, M. Jacques Daoust, a profité de son passage au Salon international des technologies environnementales Americana pour annoncer l’attribution d’un soutien financier de 9,2 millions de dollars à l’Université McGill. L’aide gouvernementale permettra à l’établissement universitaire de se doter d’infrastructures en rapport avec sa Chaire de recherche du Canada en chimie verte et produits chimiques verts. Cette chaire représente un investissement de plus de 17,5 millions de dollars pour l’Université McGill.

« Nous misons sur la capacité d’innover des Québécois pour stimuler la croissance de notre économie et, surtout, pour assurer une qualité de vie aux générations actuelles et futures. Notre gouvernement est donc fier d’appuyer un tel projet, qui aura des retombées importantes pour la recherche et l’innovation, en plus de favoriser la transition du Québec vers une économie plus verte et durable », a déclaré Jacques Daoust.

La Chaire de recherche du Canada en chimie verte et produits chimiques verts vise à remplacer les procédés chimiques traditionnels par des procédés plus propres ayant des fonctions similaires afin de réduire la pollution à la source. Pour ce faire, l’Université McGill entend rénover des espaces de recherche et créer de nouveaux laboratoires, notamment au pavillon Otto-Maass ainsi qu’au Centre de recherche sur les pâtes et papiers.

« Cette chaire contribuera à consolider la position d’excellence de l’Université McGill parmi les leaders universitaires dans le domaine des sciences liées au développement durable. M. Robin Rogers, l’un des chimistes environnementaux les plus connus et respectés du monde, en est le titulaire. Nous sommes heureux de pouvoir compter sur son expertise, ici, au Québec », a conclu Jacques Daoust.

publié le 23/03/2015

haut de la page