Remise de la Légion d’Honneur à M. Gilles Lamontagne (14 mars 2006)

Gilles Lamontagne,

C’est pour mon épouse et moi-même un grand privilège de vous accueillir ici ce soir dans cette résidence de France. Comme vous le savez, nous sommes rassemblés parce que la France vous rend hommage aujourd’hui, en la présence aujourd’hui de l’honorable Lise Thibaut, Lieutenant gouverneur du Québec, et en compagnie également de nombreuses personnalités, parmi lesquelles deux anciens maires de Québec, MM Pelletier et L’Allier, que je suis heureux de saluer.

Le Président de la République française a tenu à honorer de façon particulière les vétérans canadiens de la seconde guerre mondiale en les nommant dans l’ordre de la légion d’honneur, la plus haute distinction française.

Cette décoration récompense le courage et le comportement exemplaires dont vous avez fait preuve lors des batailles qui ont conduit à la libération de la France et de l’Europe.

GIFGilles Lamontagne, vous êtes né à Montréal le 17 avril 1919. Après des études au collège Jean de Brébeuf à Montréal puis à l’école des Hautes études commerciales, vous vous engagez, en 1941, dans l’aviation royale du Canada, lors du second conflit mondial.

En mars 1942, après avoir obtenu un brevet de pilote, vous embarquez pour la Grande-Bretagne et êtes affecté à la 425ème escadrille de bombardement « les Alouettes », la première escadrille canadienne francophone.

Le 13 mars 1943 au retour d’un raid sur Essen, votre appareil Wellington est attaqué par un chasseur au-dessus des Pays-Bas. Vous réussissez à maintenir, en vol, l’appareil en feu assez longtemps pour permettre à votre équipe de sauter en parachute.
Capturé par les allemands deux jours plus tard vous serez libéré par les alliés le 4 mai 1945.
Pour cet acte de courage, vous êtes cité à l’ordre du jour et dans la liste d’honneur du roi George VI, en janvier 1945.

Vos qualités exceptionnelles et votre grand dévouement sont reconnus par vos supérieurs qui vous honorent.
C’est ainsi que vous êtes décoré de l’étoile de 1939-1945, de l’Etoile d’Europe, de la médaille de la défense, de la médaille canadienne du volontaire, de la médaille de la guerre 39-45, de la médaille du couronnement de la reine Elisabeth II, de la médaille du Jubilé et de la décoration des forces canadiennes. Par ailleurs, la Confédération européenne des anciens combattants vous décerne la croix du combattant d’Europe.

Vous quittez l’Aviation royale du Canada le 18 août 1945. Vous vous établissez à Québec où vous garderez néanmoins contact avec le milieu militaire en servant dans la réserve primaire de l’Aviation royale du Canada de 1951 à 1959.

Après une carrière dans le secteur privé, vous êtes élu maire de Québec en 1965. A la tête de l’administration de cette ville pendant 12 ans, vous mettez en œuvre de nombreux projets et contribuez de façon majeure au développement de la ville.

En 1977 vous faites votre entrée à la chambre des communes. Le Premier Ministre Pierre Elliot Trudeau vous confie le ministère des postes en 1978 et celui de la Défense en 1980.
En 1984, d’éminentes responsabilités vous sont confiées : nommé lieutenant gouverneur général de la province de Québec, vous occuperez cette fonction, avec grand succès, jusqu’en 1990.

Vos qualités humaines et professionnelles vous désignent à l’attention des autorités gouvernementales qui vous nomment en 2000, chevalier de l’ordre national du Québec.

Votre parcours tant civil que militaire est exemplaire.

Il mérite notre admiration et notre reconnaissance, de même que votre engagement, votre courage et votre dévouement lors du second conflit mondial.

Au nom du Président de la République, nous vous remettons l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur.

publié le 28/01/2009

haut de la page