Remise des insignes d’officier des Arts et lettres à monsieur Dany Laferrière (12 avril 2012)

Discours de Madame Le Gal lors de la remise des insignes d’officier des Arts et lettres à monsieur Dany Laferrière

Nous honorons aujourd’hui un écrivain dont la personnalité et l’œuvre habite l’Amérique tout entière à qui le Ministre de la Culture français confère la distinction d’officier dans l’ordre des Arts et des lettres ;

Cher Dany Laferrière,

Vous êtes un auteur migratoire, avec le cœur à Port au Prince et en passant par Miami vous vous êtes installé aujourd’hui à Montréal ; « j’écris avec ce que je suis, avec mon sang, mon esprit, mes émotions, mes voyages » écrivez vous.

Comme le disait le poète antique Térence « "je suis homme, et rien d’humain ne m’est étranger".

De la douceur de votre enfance à Petit Goâve, chez votre grand-mère, que vous nous faites partager avec « l’odeur du Café », le combat pour la liberté à Haïti qui vous ravit un de vos amis assassinés par les Tonton Macoutes et vous contraint à l’exil, votre arrivée à Montréal où vous exercez mille petits métiers et puis la reconnaissance de l’écrivain, ici au Québec ; votre destin est singulier, revisitant le pays de vos origines par la littérature, cherchant à restituer la dignité des Haïtiens après des années ubuesques de gouvernement et l’effroyable destruction d’un tremblement de terre auquel vous avez échappé.(« tout bouge autour de moi » avez-vous publié).

Puisque le vrai pays de l’écrivain est sa bibliothèque, vous savez ce que les hommes sont capables de dire et de ne pas faire. Comme Cyrano de Bergerac, le vrai, vous savez que l’ "On ne doit pas croire toutes choses d’un homme, parce qu’un homme peut dire toutes choses. On ne doit croire d’un homme que ce qui est humain" – 1641

C’est cette humanité, celle qui vous fait dire « ceux qui aiment ont toujours raison » (« comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer ») que vous entendez, écrivez, incitez à jouir de son temps sans se fatiguer. Votre éloge de la sieste est une courtoisie envers notre corps et célèbre l’art de l’immobilité dans un monde régit par les smartphones et les informations en continu.

Récompensé par de nombreux prix littéraires notamment le Prix Médicis en 2009 pour « l’énigme du retour », scénariste et réalisateur de « Comment conquérir l’Amérique en une nuit » et aussi pour le « goût des jeunes filles », journaliste à Radio Canada, coprésident du « festival des étonnants voyageurs Haïti », et aujourd’hui à nouveau Président du Salon du Livre de Québec, vous êtes un homme engagé et généreux .

A vos yeux, la Littérature et l’Art sont les seules réponses sérieuses à l’angoisse de l’homme face au temps. Et vous pourriez être d’accord avec Gilles Deleuze qui écrivait « Le système nous veut triste. Il nous faut arriver à être joyeux pour lui résister"-

Pour toutes vos qualités et votre contribution éminente à la littérature francophone, et avant que ne retentissent les douze coups de minuit qui annonceront votre anniversaire ( vous êtes né un 13 avril n’est ce pas) au nom du ministre de la Culture, je vous fais officier dans l’ordre des arts et Lettres.

publié le 16/04/2012

haut de la page