Remise des insignes de Chevalier des Arts et des Lettres à M. Jacques Girard, directeur du bureau de normalisation du Québec, 17 novembre 2010

JPEGLe 17 novembre 2010 à Québec

Monsieur le Président-directeur général du Centre de recherche industrielle du Québec,

Cher Georges Archambault …

Cher Jacques Girard,

Chers amis,

J’ai l’honneur aujourd’hui de vous remettre, au nom du gouvernement français, l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Cette décoration vise à honorer la contribution constante et déterminée que vous apportez au rayonnement de la langue française dans le processus d’élaboration des normes et des standards internationaux.

Monsieur Girard,

Vos études vous ont permis de décrocher le Baccalauréat ès Sciences appliquées dans le domaine du Génie civil. Ce qui, tout naturellement, vous a conduit à intégrer l’Ordre des ingénieurs du Québec.

Dès 1991, vous intégrez le Conseil Canadien des Normes (CCN). Membre du Conseil d’Administration, puis Président du Comité aviseur des organismes d’élaboration de normes du CCN, parallèlement à Directeur du Bureau de Normalisation du Québec (BNQ) depuis 1998.

Au sein du CCN, et avant de rejoindre le BNQ, vous faîtes d’un petit groupe d’experts canadiens francophones de haut niveau, qui a, sous l’égide de l’Agence Canadienne de Développement International, développé des actions dans des pays francophones sur des thèmes très spécifiques tels que celui de la gestion de la Qualité, dans les domaines de l’environnement et de la construction, plus particulièrement dans le secteur de la restauration des sols contaminés.

Puis en 1998, vous êtes arrivé à la tête du Bureau de Normalisation du Québec (BNQ). Où vous œuvrez en faveur de la promotion et de l’usage du français dans la communauté de normalisation internationale, jusque là dominée par la langue anglaise.

L’expertise de normalisation est peu répandue à travers le monde. L’une des caractéristiques du BNQ et de l’Agence Française de Normalisation (AFNOR), son homologue française, est de partager cette expertise dans un contexte francophone. Cette mission commune va rapprocher les deux institutions, et permettre la mise en place d’un partenariat.

Dans ce cadre, vous êtes nommé, à partir de 1999, Représentant du Québec dans le Programme de coopération en normalisation/certification, soutenu par la Commission permanente franco-québécoise de coopération. Ce programme permet des échanges avec l’AFNOR pour promouvoir de part et d’autre des travaux et des missions d’experts francophones, et réaliser des traductions de normes ISO vers le français.

Cette coopération a abouti, en 2006, à la création du Réseau Normalisation et Francophonie (RNF) à Ottawa en partenariat avec AFNOR, le CCN et l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Le RNF préside une fédération d’instituts nationaux de normalisation comptant 33 organismes de pays francophones. Il permet d’augmenter l’influence des pays francophones au sein des comités de normalisation internationaux. Il assure la participation des spécialistes et experts francophones à ces comités, et le nombre de versions françaises de ces normes. Il favorise également la formation et la sensibilisation des francophones aux enjeux de normalisation. Par exemple, vous avez organisé en juin 2010 une mission RNF à Haïti pour évaluer l’appui à apporter aux autorités publiques d’Haïti en matière de normes pour la reconstruction.

Le BNQ, sous votre impulsion, a pu, allant au-delà de ses missions prédéfinies, prendre en charge le Secrétariat du Réseau Normalisation et Francophonie, officiellement créé en mars 2007 à Paris, et dont la présidence vous a été unanimement confiée par les membres fondateurs. Le RNF s’est beaucoup développé depuis 2007, il comporte 33 membres en novembre 2010 et dispose d’un portail web développé et géré par le BNQ.

M. Girard, vous avez rencontré, avec l’ISO et l’AFNOR, le Secrétaire Général de l’OIF, M. Abdou Diouf, en novembre 2007, rencontre qui a marqué l’engagement de l’OIF en faveur du RNF. Parallèlement, à Québec, vous avez conclu une collaboration avec l’Institut de l’Energie et de l’Environnement de la Francophonie, l’IEPF, qui y est localisé et qui appuie l’action du RNF. Vous êtes également intervenu au titre du RNF, en 2008, devant l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie et, en 2009, devant la Commission Économique de l’OIF.

Vous avez aussi su convaincre le Gouvernement du Québec de l’intérêt d’accueillir à Québec, en terre francophone, une réunion ISO sur le thème stratégique de la responsabilité sociétale des organisations (Norme ISO 26000) pour le développement durable, la première réunion de ce groupe plaçant la langue française à côté de l’anglais pour les 350 experts internationaux présents à Québec en mai 2009.

Aujourd’hui je suis très heureuse de vous exprimer la profonde gratitude de la France pour l’amitié que vous n’avez cessé de lui témoigner, pour votre travail en tous points remarquable, sur la langue française en particulier, et sur les collaborations fructueuses que vous avez développées avec la France, en vous conférant la prestigieuse distinction que je vais à présent vous remettre.

Monsieur Jacques Girard, au nom du ministre de la Culture et de la Communication, je vous fais Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

publié le 01/03/2012

haut de la page