Remise distinctions Palmes Académiques à 4 professeurs du CiMF, 11 mai 2010

Remise distinctions Palmes Académiques
A 4 professeurs du Collège Marie de France
Montréal

Mardi 11 mai 2010

Madame la Proviseure, Chère Brigitte Peytier,

Monsieur le Président de la Corporation du Collège, M. Laurent Marchal,

Monsieur le Directeur du Primaire M. Jean-Pierre Giraud,

Mesdames et Messieurs les professeurs,

Madame Aline GUEY,

Nous sommes réunis avec vos collègues et vos amis pour rendre hommage à vos très grandes qualités, professionnelles et humaines, et vous remercier de la passion avec laquelle vous exercez votre métier.

Ce métier, vous l’avez commencé dans des conditions un peu particulières : vous racontez ainsi comment, à peine nommée institutrice, vous avez été parachutée sans crier gare dans une école de Chanteloup-les-Vignes.

C’est le lot de nombreux jeunes enseignants, mais j’imagine le choc que vous avez éprouvé en vous retrouvant, sans formation, face à une classe de ZEP difficile. Vous êtes pourtant restée dix ans dans cette école. Vous en avez gardé non seulement le souvenir d’un plongeon dans l’eau froide, au propre comme au figuré, mais aussi des liens forts avec toute l’équipe pédagogique.

Vous avez ensuite été mutée à Conflans-Saint-Honorine, où vous avez œuvré à l’intégration d’enfants handicapés moteurs, alors que de tels programmes étaient encore rares dans le cadre scolaire. Nous savons l’investissement, en patience comme en émotion, que représente ce travail – et je veux rendre une nouvelle fois un hommage appuyé à l’action qui est menée ici à Marie de France pour aider les élèves en situation de handicap et leurs familles.

Puis c’est un nouveau plongeon dans l’eau froide (nous allons finir par croire que vous aimez ça !) avec le grand départ pour Montréal. A nouveau, vous vous êtes parfaitement adaptée, au point d’avoir choisi de vous installer pour de bon au Québec avec votre famille, que je salue ce soir.

Au fil des années à Marie de France, vous avez continué à innover et à inventer des approches pédagogiques adaptées à chaque élève. Cette recherche quotidienne, vous la menez avec beaucoup d’humour, ce qui ne gâte rien. Ainsi quand les directives ministérielles fleurent un peu trop la nostalgie de l’école de la troisième République ou du Petit Nicolas, vous préférez demander à vos élèves de venir un jour à l’école en « habit d’autrefois » - ce qui guérit en général leurs parents de toute nostalgie de blouse grise !

Je voudrais terminer en soulignant votre rôle dans la coordination du programme « vers le Pacifique », un projet d’établissement exemplaire qui vise à promouvoir la résolution des conflits chez les enfants - une école diplomatique avant l’heure, en quelque sorte !

Madame Aline GUEY, au nom du Ministre de l’éducation nationale et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques.

Madame Françoise CHIKHAOUI,

Je suis heureuse de saluer en vous une institutrice venue de cette Bretagne qui m’est chère, et une professionnelle remarquable qui a œuvré sans relâche au sein de l’école élémentaire du Collège Marie de France depuis 17 ans, soit la moitié d’une carrière bien remplie.

Pendant toutes ces années, vous avez été à l’origine de nombreux projets pédagogiques, dont le programme « vers le Pacifique » qui vise à la résolution entre les élèves de ces petits conflits qui émaillent la vie d’une classe ou d’une cour de récréation. Et si aucun des enfants qui fréquentent le primaire ne voit son anniversaire oublié en classe, c’est aussi un peu à vous qu’ils le doivent.

Votre parcours personnel, votre connaissance des langues étrangères notamment, font de vous une parfaite représentante de cette pédagogie ouverte sur le monde qui est au cœur du projet de cette école.

J’ajoute que vous avez également grandement contribué à développer les liens entre les personnels de l’école primaire et de l’école secondaire, qui font la cohésion de cet établissement – une cohésion que nous avons pu admirer la semaine dernière lorsque toute la communauté de Marie de France s’est retrouvée pour célébrer le 70ème anniversaire du Collège.

Vous vous êtes enfin engagée par votre travail au sein de la Commission d’attribution des bourses scolaires, à laquelle vous représentez les enseignants.

A tous ces motifs, qui justifient pleinement l’honneur qui vous est fait ce soir, je crois pouvoir ajouter l’amitié des collègues qui sont réunis autour de vous.

Madame François CHIKHAOUI, au nom du Ministre de l’éducation nationale et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques.

Madame Jocelyne FALLETTO,

Une nouvelle fois, c’est l’école primaire de Marie de France et l’équipe qui l’anime qui sont à l’honneur à travers vous. Vous êtes en effet un des piliers de l’équipe pédagogique de cet établissement que vous avez rejoint en 1984.

Arrivée de Marseille au début des années quatre-vingt, vous racontez que vous étiez inquiète en arrivant au Collège que l’on vous reproche votre accent… mais vous ajoutez que votre victoire au marathon de Montréal en patinage de vitesse amateurs vous a rapidement permis de vous acclimater. Une Marseillaise médaillée en patinage de vitesse, cela témoigne en effet de remarquables capacités d’adaptation !

Vous avez participé à la mise en place de nombreux projets-pilotes, dont les premiers échanges scolaires avec le lycée Rochambeau de Washington. Pour certains élèves du primaire, ce premier voyage aura été un baptême de l’air, qu’ils n’ont sans doute pas oublié plus de trente ans plus tard – pas plus qu’ils n’auront oublié votre ouverture d’esprit et votre attention.

Vous avez été l’une des premières à accueillir pendant plusieurs années dans votre classe une enfant handicapée, démontrant ce que nous savons tous : que Marie de France est un établissement qui a du cœur, et la chance d’avoir des enseignants exemplaires.

Toujours à l’écoute des élèves, vous savez aussi jouer les esprits conciliateurs parmi vos collègues. C’est ainsi qu’à la tête du syndicat des enseignants, votre esprit de tolérance et vos talents de diplomate ont contribué à maintenir une excellente ambiance de travail parmi les acteurs de l’équipe pédagogique.

Votre amour des enfants, votre dévouement à leur cause, votre honnêteté intellectuelle sont autant de raisons qui vous valent aujourd’hui une décoration amplement méritée.

Madame Jocelyne FALLETTO, au nom du Ministre de l’éducation nationale et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques.

Madame Chantal PELOSSE,

Je suis heureuse de pouvoir vous remettre une décoration qui vient souligner une carrière consacrée toute entière à l’enseignement de l’histoire et de la géographie.

Tous ceux ici présents le savent, c’est une femme de convictions que nous honorons ce soir. Vos engagements sont à l’imagede votre caractère : généreux et entier. Vous n’avez jamais transigé dans vos combats, notamment pour la laïcité, et je reconnais en vous une militante républicaine.

Mais c’est aussi et surtout une enseignante d’exception, qui a su transmettre à ses élèves sa passion pour sa discipline, que nous saluons. Votre parcours au Collège Marie de France est jalonné de faits marquants : en 1992, vous y avez organisé un spectacle associant 70 élèves pour marquer le 350ème anniversaire de la ville de Montréal ; en 2008, vous avez guidé deux classes dans la réalisation d’un dossier sur le port de Montréal qui a obtenu un prix de TV5 dans le cadre de l’émission Thalassa.

J’ajoute que vous êtes particulièrement impliquée dans l’adaptation des programmes au contexte canadien. Votre travail sur l’histoire du Québec et du Canada a d’ailleurs été reconnu par une nomination pour les prix du Gouverneur général en 2008.

Vous avez de nombreuses passions, dont une toute particulière pour la Grèce. Spécialiste de l’histoire de l’Antiquité, vous avez vécu dans ce pays pendant dix années. Vous rappelez volontiers que votre fille y est née, et vous y retournez souvent. Je sais que vous vivez douloureusement les épreuves que traverse actuellement le peuple grec et que votre cœur est aussi aux côtés des manifestants d’Athènes.

On me dit que vous parlez volontiers de « vous arrêter » pour vous consacrer à ces passions. Il semble pourtant que même l’attaque d’un essaim d’abeilles ne soit pas parvenue à vous éloigner bien longtemps de vos élèves… mais puisqu’il faudra bien un jour mettre un terme à cette belle carrière, je suis particulièrement heureuse de souligner aujourd’hui votre contribution au service de l’enseignement français à l’étranger.

Madame Chantal PELOSSE, au nom du Ministre de l’éducation nationale et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques.


Hélène Le Gal, Consule générale de France à Québec

publié le 01/03/2012

haut de la page