Consulat général de France à Québec
fontsizeup fontsizedown

 français  
Accueil » Relations bilatérales » Culture » Résidences d’artiste

Résidences d’artiste

Panorama des résidences d’artistes au Québec

Plaque tournante en Amérique du Nord, le Québec est un territoire de choix pour le développement des carrières d’artistes qui souhaitent y séjourner. Tournée vers les échanges internationaux, de nombreuses structures québécoises accueillent des artistes de tous pays. Les résidences au Québec sont variées et touchent une pluralité de domaines artistiques, offrant aux créateurs français différents programmes d’accueil. Le Consulat général de France à Québec est partenaire de certaines d’entre elle et développe par ailleurs ses propres résidences, montées sur mesure selon les besoins des artistes.

1/ Les résidences d’artistes soutenues par le Consulat général de France à Québec  

- Résidence d’écriture Québec-Paris
- Résidence en bande-dessinée Québec-Bordeaux
- Résidences en arts-visuels au Centre d’art Séquence à Saguenay-Chicoutimi
- Résidences multidisciplinaires au collectif Méduse : Vu Photo, Œil de poisson, Avatar
- Résidences artistiques à la Chambre blanche, Québec
- Résidence en arts-visuels à la Fonderie Darling, Montréal
- Résidence croisées en danse au Studio 303 et Main d’œuvre, Montréal / Saint-Ouen
- Résidence croisée en arts-visuels au Centre Clark et Zebra3 BuySellf / Bordeaux
- Les Pépinières, résidence en danse à l’École de danse contemporaine de Montréal, Montréal
- Résidence art3 Valence et OPTICA
- Résidences sur-mesure

Les résidences se concentrent pour la plupart dans les pôles culturels que sont Montréal et Québec. Nous développons également des programmes en région, notamment avec un programme au centre d’art Séquence de Chicoutimi. De façon ponctuelle, le poste à également soutenu les séjours d’artistes dans les régions plus reculées. En 2011, nous avions ainsi soutenu la résidence de la bédéiste Johanna Schipper, pour une résidence de trois semaines dans les communautés du Nunavik.

Certains programmes de résidence se développent sur le principe de réciprocité. Deux structures de chaque coté de l’atlantique s’associent autour d’échanges d’artistes. Ces échanges permettent de créer des liens artistiques forts, mais également de renforcer les collaborations entre les structures d’accueil, et la connaissance réciproque de leur milieu respectif. Ces résidences croisées sont pour la plupart soutenues par le biais des outils de coopérations franco-québécoise que sont la Commission Permanente de Coopération Franco-québécoise (CPCFQ) et le Fond Franco-québécois de Coopération Décentralisée (FFQCD).

Ces outils se révèlent particulièrement adaptés aux résidences croisées car ils favorisent la concertation entre les différentes partenaires et permettent de structurer les échanges sur le long terme. Les programmes soutenues par le biais de ces outils sont conçus sur deux ans, ce qui assoit les résidences sur des bases pérennes et permet un échange fructueux et solide. Ils permettent également un équilibre financier dans l’apport des partenaires français et québécois. La réciprocité et la qualité des échanges artistiques étant un critère essentiel de ces deux programmes, ils ont donné lieu à des échanges croisées de haute tenue (Fonderie Darling/ Couvent des Récollet/ Astérides, Studio 303/Main d’œuvre…)

2/ Résidences en développement 

Certaines résidences offertes aux artistes français existent depuis longtemps, d’autres sont encore jeunes. Le poste cherche à développer et renouveler les réseaux et structures d’accueil. Nous nous tournons vers de nouveaux partenaires, qui s’imposent comme des acteurs structurant de leurs milieux respectifs.

Plusieurs résidences sont à l’étude dans différentes disciplines :

Livre : Résidence d’auteur en partenariat avec la librairie Le Port-de-Tête à Montréal, qui sera associée à un des temps forts de la saison littéraire québécoise (Festival International de littérature, Metropolis Bleu)

Arts visuels : Une résidence d’artiste au Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM), dans le cadre de la programmation Arts et culture à l’Hôpital. Il s’agira d’une résidence de 4 mois suivi d’une exposition. L’œuvre crée lors de la résidence devrait être installée de manière pérenne dans le CHUM.

De nouvelles résidences concernant les métiers gravitant autour des arts visuels se développent : une résidence de critique d’art a été nouvellement intégré à la Fonderie Darling, et une résidence pour de jeunes curateurs à la galerie SBC/ Montréal est à l’étude.

Musique : Absent jusqu’à présent des différents programmes de résidence offert au Québec, le poste élabore actuellement une résidence à destination de musicien en début de carrière en partenariat avec la SACEM. Yves Jamet et Cascadeur sont pressentis pour inaugurer ce programme en 2013. Le récent centre Phi pourrait être un partenaire.

Arts Numérique : domaine ou les échanges artistiques sont important (pavillon français à la Biennale Internationales d’Art Numérique de Montréal en 2012, nombreux artistes français présent dans les festivals d’art numérique tel que Mutek…) le Québec ne bénéficie pas encore d’une résidence artistique pérenne. La Société des Arts Technologiques (SAT), associée aux deux temps fort de la saison numérique à Montréal que sont Elektra et Mutek, pourraient offrir des conditions d’accueil et de développement de carrière particulièrement intéressantes.

En conclusion 

Nous sommes très actifs dans les programmes existants mais les résidences organisées directement avec des artistes montrent leur efficacité, tant pour le travail artistique que pour la visibilité de notre action et l’image de la culture française que nous devons promouvoir. Elles permettent notamment d’accroître de façon significative les possibilités de réseautage puisque qu’il n’est pas limité à telle ou telle « famille » ou groupe. Des négociations sont engagées avec les partenaires institutionnels québécois, comme le Conseil des Arts et des Lettres du Québec (CALQ), présent dans quasiment tous les programmes, pour revoir les modalités de sélections de certaines résidences dans lesquelles nous ne sommes plus engagés.

A titre d’exemple, la région Rhône-Alpes qui a une coopération très active avec le Québec, s’est désengagé des résidences d’artistes en raison du manque de concertation sur le choix des bénéficiaires. Nous comptons que nos actions unilatérales encourageront les partenaires locaux à s’associer à nous en considérant les choix artistiques que nous entendons privilégier. Pour finir, nous insistons sur l’importance qu’il y a à ce que l’ensemble des partenaires institutionnels, comme l’Institut Français, le Ministère de la Culture et les collectivités territoriales à se rapprocher du poste afin de faire le point sur les actions et négociations en cours et coordonner efficacement nos moyens et notre influence.


publié le 22 août 2013

Notre actualité en direct

Liens utiles

Facebook Twitter Google+ Storify Youtube Dailymotion Flickr RSS