Signature d’une Déclaration sur l’éthique pour la biosphère entre le MNHN, Espace pour la vie et les Musées de la Civilisation

Les Musées de la Civilisation (Québec), l’Espace pour la Vie (Montréal) et le Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris) se sont engagés à contribuer à la sensibilisation et à la responsabilisation des publics sur la base de valeurs partagées telles que la valeur d’existence de tout être vivant, la reconnaissance de l’humain comme partie intégrante de la biosphère ou encore l’importance de chaque organisme dans la pérennité des communautés.

Crédit image : Espace pour la vie (Raymond Jalbert) - JPEG

Le 11 décembre dernier, Messieurs Michel Côté, Charles-Mathieu Brunelle et Thomas Grenon, respectivement directeurs généraux des Musées de la Civilisation, de l’Espace pour la Vie et du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) ont signé la Déclaration tripartite d’éthique de la biosphère, aboutissement d’une collaboration de deux ans entre les trois organismes, grâce au soutien du programme France-Canada pour la coopération et les échanges dans le domaine des musées. Ce processus de réflexion s’inscrit dans la dynamique de l’Initiative pour une éthique de la biosphère, lancée en 2010 par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à l’occasion de l’Année internationale pour la biodiversité.

Cet engagement répond à un enjeu éthique, scientifique et culturel : repenser les relations à la nature et construire une solidarité entre les humains et les autres composantes de la biosphère. Conscientes que leurs missions de recherche et de partage des connaissances leur confèrent une responsabilité morale et intellectuelle à l’égard des sociétés, les trois institutions signataires s’engagent à contribuer à la sensibilisation et à la responsabilisation des publics au devenir des diversités géologique, culturelle et biologique. Cet engagement sera mis en œuvre via la promotion d’une culture de la nature appuyée sur les connaissances scientifiques, nourrie par une réflexion éthique, fondée sur l’humilité, le respect et l’empathie à l’égard de tous les êtres vivants. « Les espèces apparaissent et disparaissent continuellement, c’est par ce processus que s’est formée la biodiversité actuelle. Mais la courbe de biodiversité montre que la disparition des espèces est 1000 fois plus importante à cause des activités humaines », explique Thomas Grenon, directeur général du Muséum national d’histoire naturelle.

Cette collaboration sur l’éthique de la biosphère est la troisième d’une relation fructueuse entre l’Espace pour la vie et le MNHN, après un projet sur le développement durable et un autre sur la biodiversité.

publié le 15/12/2014

haut de la page