Un nouveau médicament pour réduire les dommages de l’infarctus

L’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie – Commercialisation de la recherche (IRICoR) de l’Université de Montréal (UdeM) et le Centre pour la recherche et le développement des médicaments (CRDM) sont fiers d’annoncer leur collaboration à trois nouveaux projets innovants de développement de médicaments. Ces projets, qui répondent à des besoins médicaux urgents et non satisfaits, sont appuyés par le financement accordé à IRICoR par Merck.

JPEG - 125.9 ko
Crédit : University of Michigan School of Natural Resources and Environment

Ces projets s’inscrivent dans l’engagement de l’ordre de 2 millions de dollars par Merck pour appuyer des projets du corridor Colombie-Britannique – Québec, menés conjointement par l’IRICoR et le CRDM, deux carrefours de découverte de médicaments reconnus à l’échelle internationale, créés pour accélérer le processus de développement et de commercialisation des médicaments au Canada. Le CRDMet IRICoR travailleront donc de pair pour tirer parti de leurs ressources existantes afin de réduire les risques tout en catalysant de nouvelles occasions de développer les découvertes les plus prometteuses au pays et de les transformer en thérapies novatrices pour les patients.

Voici les trois projets dont il est question :

  • Identification de biomarqueurs et d’inhibiteurs de petites molécules pour aboutir sur une nouvelle forme de résistance dans les thérapies contre le cancer – Katherine Borden (chercheure principale à l’Institutde recherche en immunologie et en cancérologie de l’UdeM et professeure au département de pathologie et de biologie cellulaire de la Faculté de médecine de l’UdeM)
  • Criblage de petites molécules spécifiques à titre de traitement futur possible de deux types de dyskinésie médicamenteuse, un effet secondaire débilitant commun dans la gestion de la maladie de Parkinson – Daniel Lévesque (chercheur principal et professeur à la Faculté de pharmacie de l’UdeM) etClaude Rouillard (chercheur principal au Centre de recherche du CHU de Québec, Université Laval,etprofesseur au département de psychiatrie et de neurosciences de la Faculté de médecine de l’Université Laval)
  • Criblage et optimisation, des cibles aux têtes de série, de nouveaux inhibiteurs de petites molécules de la télomérase humaine pour freiner la croissance de cellules tumorales cancéreuses – Lea Harrington (chercheure principale à l’Institutde recherche en immunologie et en cancérologie de l’UdeM et professeure au département de médecine de la Faculté de médecine de l’UdeM)et Corey Nislow (chercheur principal et professeur à la Faculté de sciences pharmaceutiques del’Universitéde la Colombie-Britannique)

Le président et chef de la direction du CRDM, Karimah Es Sabar, a affirmé : « À titre de centre national, le CDRD s’engage à établir des partenariats comme celui-ci pour réunir une expertise et des infrastructures complémentaires. Nous sommes heureux de pouvoir appuyer les chercheurs canadiens de partout au pays, y compris ceux des principaux établissements de recherche du Québec. Par l’entremise de ce partenariat et d’autres projets actuellement en cours, nous sommes fiers de favoriser un environnement de développement de médicaments efficace, dynamique et coopératif au Canada. »

« La participation d’IRICoR dans le développement de médicaments occasionné par des découvertes dans le milieu universitaire canadien a déjà eu une grande incidence et nous sommes assurés que ces nouveaux projets aboutiront sur des candidats thérapeutiques innovateurs, a indiqué Michel Bouvier, président-directeur général d’IRICoR. L’investissement de Merck afin de catalyser le transfert de la recherche fondamentale menée par des scientifiques de l’IRIC et le développement de collaboration axé sur la découverte de médicaments contribue à enrichir les projets en cours à IRICoR et aboutiront sur de nouvelles thérapies pour des indications qui répondront à des besoins médicaux non satisfaits. Ce partenariat avec le CRDM viendra renforcer le rôle joué par IRICoR dans l’écosystème de la découverte de médicaments au Canada, en plus de positionner le pays en tant que source d’innovation dans l’industrie biopharmaceutique. »

« Merck est fière de soutenir la communauté canadienne des sciences de la vie, a souligné Chirfi Guindo, président et directeur général de Merck Canada inc. Nous reconnaissons l’expertise et les compétences de première classe qu’offrent les projets du corridor Colombie-Britannique – Québec, menés conjointement par IRICoR et leCRDM. Nous sommes d’avis que des efforts de collaboration comme entre ces deux entités accéléreront la productivité de la recherche et du développement, en plus de stimuler l’innovation qui se traduira par des découvertes tangibles dont bénéficieront des patients d’ici et de partout au monde. »

publié le 14/05/2015

haut de la page