Séminaire : "Devenir champion, la construction sociale et politique du "talent" "

Séminaire n°10 de la Chaire d’études de la France contemporaine du CERIUM.

Devenir champion : la construction sociale et politique du « talent »

JPEG

Intervenant :

Manuel Schotté, maître de conférences en sociologie (Université Lille 2/CERAPS). Il est l’auteur du livre : La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains, Paris, Raisons d’agir, 2012 (voir description ci-dessous).

Discutant :

Yves Gingras, professeur d’histoire et de sociologie à l’UQAM. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et en sociologie des sciences. Récipiendaire de nombreux prix (Prix Gérard Parizeau en 2005, Jacques Rousseau remis par l’ACFAS en 2007), il est l’un des principaux contributeurs à une histoire et sociologie des sciences au Canada et en Amérique du Nord. Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels, récemment : Sociologie des sciences, PUF, 2013 et Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Raisons d’agir, 2013.

Présentation du livre qui sera discuté lors du séminaire :

Depuis le milieu des années 1980, les coureurs kenyans, éthiopiens et marocains opèrent une mainmise dans le domaine de la course de demi-fond et de fond. Les succès de ces athlètes sont rapportés de façon quasi-invariable à leur supposé talent inné : les sportifs les plus talentueux sortiraient automatiquement du lot des pratiquants, en vertu de leurs exceptionnelles qualités. La suprématie des coureurs d’Afrique de l’Est et du Nord au niveau mondial est alors décrite comme le produit d’une sélection naturelle qui tournerait à l’avantage de ces populations prétendument plus douées pour les efforts prolongés. Plutôt que de naturaliser la performance sportive, il s’agit dans cet ouvrage de rendre compte des logiques sociales qui sous-tendent la réussite athlétique. La surreprésentation des coureurs marocains parmi les champions du demi-fond repose sur une double construction sociale : construction de l’offre de travail d’un côté, avec le façonnement d’ambitions et de compétences dans le domaine de la course à pied chez des jeunes Marocains ; construction de la demande ensuite, avec l’émergence du professionnalisme en Europe au début des années 1980. Au total, parce qu’il se fonde sur une enquête méthodique et approfondie, réalisée par un universitaire qui est aussi coureur de fond lui-même, cet ouvrage intéressera tous les spécialistes tant de sociologie du sport que des inégalités et des formes de relégations vécues par une partie de la jeunesse d’Afrique du Nord. Mais, il renvoie aussi à la question de la capacité des sciences sociales à comprendre le singulier et même le plus singulier des singuliers quand il s’agit de l’athlète d’exception et de l’homme hors norme.

Mardi 29 avril - 13h à 15h30
Université de Montréal
Carrefour des Arts et des Sciences
Pavillon Lionel Groulx
Salle C2059

publié le 18/05/2014

haut de la page